fautilechouer

 Éditions du Palio

Faut-il échouer pour réussir ?
Mythe et réalité du retour d'expérience en entreprise

Julien CUSIN
Préface de Jean-Bernard Lévy Président du Directoire de Vivendi

Collection : Management 
Parution : 20 mars 2008
Prix : 18 €
Pages : 192
Format : 14,5 x 22
Diffusion/Distribution : CDE / Sodis
ISBN : 978-2-35449-007-2
Code SODIS : 723-207- 5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On dit souvent que l’être humain apprend de ses erreurs.

Si cette idée reçue apparaît déjà quelque peu hâtive et naïve, il semble qu’elle soit encore moins adaptée à la réalité des entreprises. En effet, rares sont les acteurs de l’économie, qui savent tirer parti de leurs échecs industriels ou commerciaux.

Pourquoi les entreprises font-elles le deuil de leurs projets malheureux, dans le déni et le rejet, plutôt que dans le retour d’expérience ?
Pourquoi est-il d’usage, dans l’univers du management, de ne pas « regarder dans le rétroviseur » ?
Pourquoi enfin les affaires qui échouent sont-elles perçues comme une abomination et font-elles systématiquement l’objet d’une omerta professionnelle ?

C’est à ces questions que répond Julien Cusin, en passant en revue plusieurs cas d’innovation, désastreux sur le plan commercial. La plupart du temps, une même vérité s’impose : entreprises et salariés préfèrent oublier leurs échecs, plutôt que d’en tirer des leçons utiles pour l’avenir.

Quel gâchis, quelle souffrance et que de traumatismes… pour tirer finalement aussi peu profit des valeurs thérapeutiques de l’échec !



L’auteur_______________________________________________________________________________________

Ancien Elève de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan, Julien Cusin est Agrégé du
secondaire d’économie gestion et Docteur en Sciences de Gestion (CREPA - Université
Paris-Dauphine).
Actuellement Maître de conférences à l’IAE de Bordeaux et membre de l'IRGO, il a été lauréat du prix de thèse Gaëtan Pirou 2007 en sciences économiques et gestion, ainsi que du prix ANDESE 2006 en économie / gestion, et finaliste du prix FNEGE-AIMS 2007.